Mayenne
Sélectionnez une page

Une Plume de Paulo, admiratrice du Perroquet Bavard, relaie aujourd’hui un concours d’écriture organisé par les médiathèques des Coëvrons. Ce concours s’intitule “Journal de bord en confinement”.

Paulo adore relever les défis alors il s’est essayé à ce petit exercice et il est tellement fier de ce qu’il a écrit qu’il vous le partage. A lire ci-dessous :

Journal de bord en confinement

Jour 38 de confinement

9h04 : Oui, … Je sais, … Je me réveille un peu tard ce matin, … Mais bon, ce sont les vacances et puis hier soir j’ai veillé pour admirer les Lyrides, j’ai vu une dizaine d’étoiles filantes en une heure et j’ai fait dix fois le même vœu : sortir enfin de cette cage !

9h13 : Je me trouve un peu enrhumé aujourd’hui, j’espère que je n’ai pas attrapé « celui dont on ne doit pas prononcer le nom. ».

9h17 : Je dois en avoir le cœur net… Flûte, pas de vétérinaire en ce moment, ils sont tous occupés à soigner les humains, je vais devoir faire de l’auto-médication. Allons voir sur Internet si j’ai les symptômes : oh là là c’est une catastrophe, j’ai mal à la tête, je me sens fiévreux, je ne sens plus l’odeur des graines dans ma mangeoire et elles n’ont plus aucun goût, c’est sûr, je suis infecté. Mais comment est-ce possible alors que je suis en cage depuis plus d’un mois ?… Ça y est, j’y suis : c’est ce fichu pangolin des 6e D qui m’a contaminé. En plus, hier j’ai vu une chauve-souris qui ne respectait pas le confinement et qui rôdait autour de ma cage. Ah là là, je suis perdu, je me meurs, …

9h39 : Allons, il faut que je me reprenne ! Pour commencer : ne pas contaminer les autres et donc respecter les gestes barrières. Oui, bon, gestes barrières, quand on est en derrière les barreaux d’une cage, ça n’est pas trop compliqué.

9h53 : J’ai peut-être été un peu parano, la chauve-souris vient de refaire un tour et elle m’a dit que les oiseaux n’attrapaient pas « celui dont on ne doit pas prononcer le nom. » Mais peut-on faire confiance à une chauve-souris qui ne respecte pas le confinement et qui sort en plein jour ? Revérifions plutôt sur Internet.

10h04 : Horreur, je crois que j’ai la psittacose ! C’est quatre semaines minimum de traitement ! Je vais rater le déconfinement, pourtant les 6e C m’attendront de pied ferme pour la reprise la semaine du 11 mai (enfin ça c’est le ministre qui le dit, je ne sais pas si je dois lui faire davantage confiance qu’à la chauve-souris, …)

10h13 : Et si je prenais mon petit déjeuner au lieu de passer mon temps sur Internet.

10h49 : Ça va déjà mieux, je crois que mon infusion citron-gingembre a requinqué mon système immunitaire. Finalement, je crois que j’ai juste pris un coup de froid en regardant les étoiles filantes hier soir. J’espère au moins que mon vœu multiple sera exaucé…

Voilà, on espère que cette lecture vous a plu et que ça vous donne envie de faire la même chose. Voici les règles : Le texte doit commencer par “Jour … de confinement”, il doit tenir sur une page et ne pas dépasser 28 lignes (en police Times New Roman ou Arial taille 12). La forme du texte est libre (poésie, prose, humoristique, nouvelle courte, …).
N’hésitez pas à envoyer vos propositions au secrétaire de Paulo à cette adresse : gilles.pecot@ac-nantes.fr
On transmettra ensuite à la médiathèque. Paulo espère recevoir de nombreux textes de votre part. A vos plumes !